Après un premier opus largement encensé et d’une rare qualité scénaristique, d’une grande richesse tant au niveau du gameplay que du contenu et de ses quelques clins d’oeuil à l’univers du Seigneur des Anneaux. Monolith et Warner Bros Games se devait de faire perpétuer la licence et d’offrir aux fans et aux joueurs qui l’ont apprécié une suite à L’Ombre du Mordor, son nom, L’Ombre de la Guerre.

Éditeur / Développeur :Support(s) :Obtenir chez :

 

    

fnac_commander  amazon_commander  

Trois années se sont écoulées depuis la sortie de L’Ombre du Mordor et ce dernier n’a pas pris une ride. Mais les aventures de nos deux héros qui ne font plus qu’un ne sont pas finies. Talion et Celebrimbor sont de retour et même si le titre ne respecte plus trop la trame scénaristique développée par Tolkien; ces quelques petites libertés et ces raccourcis sont plutôt bien ficelés et on se fera vite à l’idée qu’un nouvel anneau apparaît dans cet univers criard, sombre et imprégné de magie.

Prise en main et assauts

Les premières heures sont uniquement dédiées à la prise en main du jeu. C’est terriblement long mais au vu des nombreuses mécaniques qu’offre le titre, c’est aussi et surtout nécessaire. Outre la trame principale le jeu regorge de points d’intérêts, items à récupérer, défis à effectuer, etc. La map est divisée en 5 grandes zones aux environnements assez variés.

Les joueurs sont aussi appelés dans L’Ombre de la Guerre à prendre d’assaut des fortifications contrôlées par des chefs de guerre. Le joueur peut ainsi profiter du large panel d’actions et choisir d’être plus ou moins discret lors des phases de capture. C’est là que Némésis entre en jeu. Une fois dans la salle du trône, le joueur aura l’occasion d’affronter le chef de guerre lors d’un affrontement assez spectaculaire. Notons que ces même bases devront être défendues des attaques ennemis.

Némésis: un joueur, une aventure

Gros point fort du premier jeu qui fait de nouveau son apparition dans ce second opus, Némésis. Némésis c’est la possibilité de vivre une expérience de jeu unique à chaque partie. Une partie des créatures font parties d’une hiérarchie. Si vous affrontez un Orc de cette hiérarchie et que vous gagnez, perdez ou que ce dernier rejoint vos rangs, la hiérarchie évoluera. De même certains orcs seront se montrer redevables si vous les aidez et d’autres vous en voudront si vous les laissez derrière vous. Ainsi comme chaque joueur ne rencontre pas les créatures dans le même ordre, dans les mêmes circonstances et n’a pas le même résultat lors des combats, cette partie de l’histoire diffère totalement d’un joueur à l’autre. L’anneau sera d’ailleurs bien utile pour asservir certaines créatures. Autant vous dire que les mécaniques de gameplay et Némésis font tout le travail dans ce nouvel opus.

Loot, arbres des compétences et fin bâclée

Le loot d’items fait aussi son apparition et il n’est pas rare de devoir récupérer ici et là des butins permettant d’être plus apte à affronter les ennemis et à faire face aux assauts. Ils seront même quasi-obligatoires vers la fin de l’aventure sauf si vous souhaitez mettre la main au portefeuille. De même, l’arbre des compétences ne doit pas être délaissé et offre des véritables atouts en jeu. Notons d’ailleurs que la fin est bâclée et c’est bien dommage car malgré sa répétitivité le titre avait de quoi bien se défendre.

Une vingtaine d’heures suffiront à boucler la trame principale et presque trois fois plus pour boucler le jeu.

CONCLUSION

Malgré des phases de jeu répétitives, L’Ombre de la Guerre se défend plutôt bien en cette fin d’année. Le titre repose sur des bonnes bases (mécaniques de gameplay et Némésis) auxquelles, Monolith a judicieusement ajouté quelques jolies nouveautés dont l’assaut des forteresses. Seul le loot n’est pas nécessaire. Il est même mal intégré et avec une difficulté forcée dans le dernier chapitre, oblige presque le joueur à mettre la main au portefeuille s’il souhaite véritablement finir l’aventure. Côté scénario même si les studios se sont permis quelques libertés, j’ai personnellement bien accroché à l’écriture et à l’ambiance qui l’entoure.

  • La Terre du Milieu : L’Ombre de la Guerre pour qui ? Les fans de l’univers de Tolkien et des jeux d’aventure.

margxt_bon

Test du jeu effectué sur PlayStation 4 via un jeu envoyé par l’éditeur.

L’avis des blogueurs et des pros :

  • Xboxlive : « Le studio Monolith a poussé encore plus loin les points forts du jeu La Terre du Milieu : L’Ombre du Mordor et on aime ça ! » 16/10 – lire le test
  • La Nouvelle République : « Dans L’Ombre de la guerre, tous les ingrédients sont réunis pour séduire les fans d’heroic fantasy à la sauce Tolkien. » – lire le test
  • Couple Of Pixels : « Cependant, à trop vouloir en donner, les développeurs ont un peu oublié de se pencher sur les défauts déjà existants, comme le scénario qui reste un peu trop décousu, en particulier durant les premières heures de jeu. » 8/10 – lire le test

Quelques vidéos :

Bande originale :