puppeteerPOINTS POSITIFS :

  • Aventure poétique
  • Mise en scène à la manière d’une pièce de théâtre
  • Gameplay varié

POINTS NÉGATIFS :

  • Coop inutile ?
  • Difficulté inexistante

Puppeteer est un jeu de plateformes sorti le 11 septembre en exclusivité sur PlayStation 3. Le joueur prend le contrôle d’une marionnette de bois, enfant héros décapité de l’opus, Kutaro. Le titre a entièrement été développé et édité par Sony.

La déesse de la Lune s’est fait volée son ciseau magique, Calibrus, à l’origine de son pouvoir par son nounours. L’objet qu’il a récupéré lui a notamment permis d’acquérir un pouvoir terrifiant, celui de transformer les enfants en marionnettes et d’en faire ses subalternes. Bien sûr, c’est au petit personnage tout de bois de sauver le monde en récupérant le ciseau magique et en collectant l’ensemble des des fragments de Pierre de Lune. Comme une véritable pièce de théâtre, l’aventure se sépare en 7 actes que le joueur traverssera en un peu moins de 10 heures.

Puppeteer-2 Puppeteer-3

C’est dès le moment où votre héros va perdre sa tête après avoir été transformé en marionnette que débute l’histoire. Aidé du chat Ying Yang l’aventure commence par un petit tutoriel vous présentant brièvement les quelques mécaniques du jeu et durant lequel vous allez devoir trouver une tête pour votre petit héros. D’ailleurs un second joueur peut incarner la petite fée qui accompagne notre Kutaro, celui-ci peut ainsi aider le premier joueur à découvrir les trésors cachés, autant dire qu’on a vu plus passionnant …

Bon et à part sauver le monde quoi d’autre ? Kutaro aura la lourde tâche (ou pas …) de rassembler l’ensemble des têtes cachées que compte les niveaux, sauver les âmes et découvrir la zone cachée présente dans chacun des niveaux. Une mission peu délicate et assez assisté puis que le joueur peut une fois son niveau passé obtenir des informations lui permettant de savoir si oui ou non il a accompli l’ensemble de ces tâches et si ce n’est pas le cas combien il lui en restera à trouver. En conséquence, il est possible de refaire le niveau et donc de le compléter assez rapidement.

Puppeteer-5 Puppeteer-4

Que dire de la mise en scène si ce n’est que chaque plan s’enchaîne tel une véritable pièce de théâtre les uns à la suite des autres limités dans l’espace. Le déplacement lui se fait de manière assez simpliste toutefois, l’utilisation des outils dont le célèbre ciseau dénote de cette légère répétitivité et permettra autant d’avancer que de « trouer », se déplacer en l’air ou même débloquer un chemin.

Mais à quoi servent ces têtes que récupèrent Kutaro ? Chacune dispose d’un pouvoir spécifique permettant d’actionner des mécanismes ou de débloquer des zones supplémentaires. Mais, c’est aussi le système de vies du jeu en effet, lorsque la marionette se fait toucher vousdisposez d’un court laps de temps pour récupérer votre tête avant qu’elle ne disparaisse. Si celle-ci disparait une autre la remplacemera jusqu’à ce que vous n’ayez plus de têtes et qu’en conséquence, Kutaro se retrouve en début de niveau !

CONCLUSION

Une direction artistique bien au dessus, c’est par son côté poétique, sa mise en scène irréprochable que Puppeteer sort du lot. Les doublages ont été sélectionnés avec une très grande attention pour rendre le jeu le plus réalise possible. On regrette un co-op complètement inutile, pauvre second joueur qui va vite s’ennuyer. Clairement, la PlayStation 3 ne manque pas de titres sublimes alors que dans quelques semaines sa petite sœur sera disponible en magasin. Tant qu’elle est branchée pourquoi ne pas profiter d’une galette bourrée de poésie et d’originalité ? 🙂

margxt_bon