Disponible en early access sur Steam depuis déjà presque deux années, LEGO Worlds s’est offert une sortie sur PC et consoles next-gen le 7 mars. La Nintendo Switch devrait aussi accueillir le Minecraft-like dans le courant de l’année 2017. Quelques jours avant son lancement, j’ai pu prendre en main, sur PlayStation 4 le jeu vidéo.

Éditeur / Développeur :Support(s) :Obtenir chez :

 

  

fnac_commander  amazon_commander

J’ai déjà eu l’occasion de jouer à LEGO Worlds, quelques jours après son annonce de disponibilité en early access j’avais craqué pour le titre sur Steam. Malheureusement l’expérience s’était alors avérée bien brouillon avec un trop gros manque de contenu pour pouvoir l’apprécier. Depuis, le développement du jeu s’est finalisé et le titre est désormais disponible.

L’objectif est clair, attirer les plus jeunes et les fans des jouets et jeux vidéo LEGO. Mais il y a un petit bémol, le trop gros nombre de jeux vidéo bac à sable disponibles ces dernières années risque forcément de concurrencer sérieusement LEGO Worlds. Les développeurs jouent donc sur le fan-service et ajoutent au titre une base jeu d’aventure avec des quêtes et des planètes-biomes. Il est possible de jouer seul, en ligne ou hors ligne en coopération sur un écran scindé (et de ce côté là c’est un bordel fou pour la caméra). Dans tous les cas, vous finissez dans le costume d’un astronaute qui s’écrase sur une planète suite à une attaque de météorites et qui va devoir s’en sortir et apprendre par la même occasion à devenir maître constructeur.

Le joueur débloque au fil du titre toute une roue d’objets qui permettent de personnaliser les biomes et aussi de l’aider à finaliser ses quêtes. L’artillerie comporte plusieurs outils dont l’outil de paysagisme qui permet d’aplanir ou de rehausser le terrain, un outil de découverte pour scanner des objets afin de les enregistrer dans son inventaire, un outil de copie, un outil de peinture et un outils de construction.

Plus vous découvrez des nouveaux objets, des nouveaux personnages, plus vous pouvez réaliser des nouvelles constructions et personnaliser votre avatar. En bref, vous pouvez accoster sur une île, tout détruire et vous éclatez à créer une piste pour de course. Il existe une multitude de plans à récupérer et à réutiliser et vous pouvez aussi créer vos propres plans et les réutiliser. C’est plus long mais c’est aussi forcément l’outil qui fera le plus plaisir aux fans qui souhaitent véritablement profiter de l’aspect construction.

Chaque quête permet d’empocher des briques d’or, il en faut un certain nombre pour réparer son vaisseau et débloquer une nouvelle planète à visiter. Durant ma petite heure de prise en main j’ai ainsi pu découvrir un biome avec des pirates, une île volcanique et une île toute rose et sucrée.

Difficile de dire si LEGO Worlds sera le nouveau Minecraft. Nul doute qu’il trouvera ses fans mais la sortie du jeu en accès anticipé il y a deux ans a participé à refroidir très largement la hype. Pour un titre de cette envergure c’est d’ailleurs peut être la fausse bonne idée et ce même si TT semble avoir opté pour cette solution afin de travailler avec ses fans. Les améliorations depuis sont pourtant nombreuses mais fan des jeux LEGO je n’ai pas été emballée par le titre et ce dans sa globalité. Manque de profondeur, lassée des sandboxs répétitifs, je n’ai pas trouvé ce petit plus qui va me faire relancer LEGO Worlds.

Invitée à la présentation.