J’ai joué à Forever Forest

Le studio Allemand Mad About Pandas qui compte déjà quelques créations vidéoludiques a récemment travaillé sur Forever Forest, une exclusivité propre à la Nintendo Switch, un jeu de survie et d’exploration poétique au premier abord. Mais ce nouveau titre indépendant est-il a la hauteur ?

Éditeur / Développeur : Support(s) : Obtenir chez :

Dans cet univers magique et contrasté, le joueur incarne une petite créature masquée, la seule à pouvoir sauver le monde des ténèbres. Pour y parvenir le joueur doit survivre dans un environnement qui peut s’avérer hostile. Il devra donc s’alimenter correctement, vaincre ses ennemis et parcourir petit à petit la map en réalisant les objectifs donnés.

Le joueur a aussi bien la possibilité de se déplacer dans le nord et donc de progresser dans l’aventure que de se déplacer à l’est et à l’ouest pour réaliser des objectifs secondaires. La survie est comptabilisée à travers le temps passé. Pour survivre, il faudra s’alimenter à l’aide de nombreuses baies, champignons et créatures tuées. Si les baies alimentent notre petit personnage elles ont aussi des effets positifs sur la vitesse, les dégâts et l’énergie de ce dernier. Pour attaquer les ennemis et les proies, il faut simplement utiliser le dash qui permet de bondir sur l’adversaire. Si certains se laisseront faire et seront au sol en un coup, d’autres vont éviter les attaques et d’autres encore ripostent au coup. Il n’y a aucun moyen de se défendre si ce n’est de fuir.

Tout le long du jeu, des tâches et leur progression sont affichées à l’écran, elles sont axées autour de la collecte de masques à récupérer sur les corps de certaines proies et ennemis (Chasseur), de baies (Récolte), le temps de survie (Survie) et la découverte de nouvelles zones (Exploration). La collecte de masques permet lors que le joueur trouve des hotels, de les échanger contre des nouvelles capacités. Il s’agit simplement ici de proposer des défis aux joueurs, rien de bien difficile à réaliser.

Au départ il est d’ailleurs assez complexe de s’y retrouver avec toutes les informations qui viennent s’ajouter en peu de temps à l’écran. Comme tout bon jeu de survie, c’est surtout les premières parties, à force d’exploration qui permettent de bien comprendre les composantes du titre, qui sont les ennemis, les proies, comment se nourrir et surtout comment progresser. C’est là le grand point fort du jeu, laisser le joueur découvrir le titre, mais on regrettera toutefois le trop grand nombre d’informations qui apparaissent parfois à plusieurs reprises à l’écran venant briser l’expérience du joueur.

Le jeu en 3D est assez beau, l’ensemble des éléments de navigation respecte une esthétique simple et épurée. Notre petite créature masquée et lumineuse contraste avec cette vaste forêt sombre, ses biomes et les éléments parfois effrayants qui peuvent sortir de l’ombre. Au fil des déplacements sur la map, le joueur verra s’étoffer sa carte et surtout c’est en se déplaçant qu’il pourra voir les éléments éloignés puisque votre vision est limitée à seulement quelques mètres. Mais les biomes de Forever Forest sont surtout très similaires les uns des autres et manquent grandement de variété, il en est d’ailleurs de même au niveau du bestiaire.

CONCLUSION

Forever Forest s’avère au final assez décevant. Si l’idée de base du jeu de survie et d’exploration est excellente et que la direction artistique est tout bonnement réussie, le titre est surtout bien vide. Manque d’un plus gros bestiaires, de plus grands objectifs, manque de possibilités si l’idée de base était de se tourner plutôt vers un titre de survie. Si au contraire les développeurs souhaitent axer sur l’exploration, pourquoi ne pas avoir poussé plus loin, avec plus de contenus à découvrir (biomes, bestiaires, stèles) et sans forcément enrichir le jeu de trop nombreux objectifs, laissant au joueur l’effet de surprise.

  • Forever Forest pour qui ? Les fans de jeu de survie.

margxt_mwai

Test du jeu effectué sur Nintendo Switch via une clé envoyée par l’éditeur.

About the Author /

margxtp@gmail.com

Margot 28 ans. Blogueuse jeux vidéo et nouvelles technologies depuis 2012. Je voyage beaucoup et je travaille dans la communication dans l'industrie des jeux vidéo.

Post a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.