Kingdom Come : Deliverance est le nouveau RPG développé par Warhorse Studios et financé sur Kickstarter. Le studio de développement a notamment réalisé quelques jolies perles comme Mafia, Flashpoint et ArmA.

Ce nouveau jeu embarque le joueur dans un monde ouvert médiéval et chevaleresque en pleine période de crise. Le joueur y incarne Henry, fils de forgeron et survivant d’un massacre dans son village qui a choisi de se mettre au service d’un seigneur pour aider la résistance.

Éditeur / Développeur :Support(s) :Obtenir chez :

  

fnac_commander  amazon_commander

Première chose notable, Kingdom Come : Deliverance se joue à la première personne, à la manière d’un Elder Scrolls. L’occasion rêvé de mieux entrer dans la peau du personnage dont la progression et l’évolution reste libre. En quête de vengeance, vous pourrez choisir au fil de l’histoire d’être une bonne ou une mauvaise personne. Le titre est jonché de dialogues et de choix à effectuer qui feront d’Henry une bonne ou une mauvaise personne. Ne comptez pas le mener sur le trône, l’objectif du titre n’est pas là puisqu’au contraire le joueur découvre la vie d’un individu banal.

Les développeurs sont Tchèques et font un gros clin d’œil à leur pays natal puisque Kingdom Come : Deliverance se déroule dans la Bohême du 15ème siècle. Une région historique d’Europe centrale qui comptait un morceau de la République Tchèque. Pour retranscrire au mieux cette époque, les développeurs ont réalisé des recherches afin de proposer aux joueurs une aventure, la plus réaliste possible.

Henry peut s’équiper d’une épée ou tout autre arme blanche et d’un arc. Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion d’essayer ce dernier mais nul doute qu’il s’avérera bien pratique durant la chasse. Les combats à l’épée sont là aussi extrêmement réalistes et s’amuser à taper à toute hâte ici et là ne mènera le joueur qu’à sa perte. Les enchaînements semblent assez nombreux mais il faut surtout être rapide et ne pas hésiter à utiliser aussi bien son arme pour parer, riposter, que pour attaquer. Chaque impact fera reculer le personnage en jeu et une fois la victoire acquise, il pourra se permettre de voler les armes de son adversaire à terre. Il faudra toutefois attendre la sortie du titre pour juger de la qualité des combats et apprécier l’ensemble de ses mécaniques qui semblent assez poussées et qui risquent d’être le véritable gros point fort du titre.

Comme précédemment évoqué les dialogues ont leur importance dans le jeu. Ils sont à la fois l’occasion de faire des choix qui feront de votre personnage un héros ou un anti-héros mais, ils permettent aussi de glaner un maximum d’informations pour avancer dans l’histoire. Il ne faut donc pas prendre les échanges avec les PNJ à la légère.

Après un petit tour dans les menus, force est de constater le grand nombre d’informations qui s’affichent à l’écran. Aussi bien l’inventaire et l’équipement du personnage que de son cheval que, l’ensemble des informations glanées au fil des dialogues liées au jeu ou tout simplement à l’histoire de la région.

Nul doute que Kingdom Come : Deliverance a encore beaucoup a dévoilé dans les prochains mois avant sa sortie en février 2018 et je suis d’ailleurs vraiment impatiente de pouvoir prendre en main la version finale du titre.