Un an et demi après la sortie de la Wii U, Nintendo semble enfin décidé à poser sur la table ses meilleures cartes. Et en attendant de voir débarquer la nouvelle déclinaison de Super Smash Bros en fin d’année, c’est bien Mario Kart 8, le dernier né d’une des licences les plus juteuses de l’éditeur nippon, qui fera chauffer nos pads dès le 30 mai prochain.

C’est dans le cadre chatoyant du Club Haussmann que j’ai eu l’occasion il y a quelques jours de poser les mains sur ce 8ème épisode tant attendu, en compagnie d’autres blogueurs et journalistes, le tout dans une ambiance très festive et autour d’un grand tournoi «presse» diffusé sur écran-géant, commenté par le célèbre duo Chips et Noi.

Après quelques poignées de main et 2 ou 3 délicieux petits fours avalés, j’ai pu accéder à une borne et prendre en main l’un des 4 Wii U Pro Controller, pour enfin découvrir les nouveautés de ce 8ème épisode. Pas de temps à perdre, nous avons directement attaqué les choses sérieuses en disputant les fameuses «Coupe spéciale» et «Coupe éclair» en 150cc, afin de tout de suite ressentir l’intégralité des sensations de conduite et de fun.

 

Dès les premiers hectomètres de piste parcourus, le constat est clair : Nintendo a conservé la même recette qui a fait le succès de sa saga, et c’est tant mieux. Mario Kart 8 reprend le gameplay si bien maîtrisé depuis les versions Wii et 3DS, tout en apportant quelques petites touches de nouveautés.

Les nouveaux objets

  • Faisant honneur au chiffre 8, un cadeau spécial fait apparaître 8 objets variés autour du joueur, pouvant être utilisés à la suite. Cela inclut les grands classiques comme les carapaces vertes et rouges, l’étoile, les champignons et Bob-Ombs.
  • Le super klaxon, objet défensif ultime qui pulvérise dans un rayon proche du joueur.
  • S’inspirant du Chomp introduit dans Double Dash, la plante Piranha permet pendant un court instant de croquer les adversaires ayant le malheur de se trouver juste devant le joueur.
  • Un boomerang lançable trois fois, qui produit les mêmes effets que la peau de banane.
  • Les pièces, qui font leur grand retour et qui permettent d’augmenter la vitesse du kart.

La conduite est limpide, et permet autant aux habitués qu’aux néophytes une prise en main aussi intuitive que jouissive. L’IA des adversaires a été revue à la hausse, si bien qu’en 150cc, terminer à la 1ère place demande désormais une conduite impeccable, de la tactique dans l’utilisation des objets et bien évidemment un brin de chance, élément indissociable de la saga. Malgré cela, l’apparition d’éclairs et de la cruelle carapace bleue m’a semblée un peu plus rare que dans les précédents épisodes, sentiment qu’il faudra confirmer dans quelques dizaines de courses.

De nouveaux personnages font leur entrée, pour beaucoup des seconds rôles de l’univers Mario comme par exemple bébé Harmonie. Le jeu laisse une grande place à la customisation du kart, en proposant divers châssis, deltaplanes et roues, qu’il faut assembler au mieux afin d’obtenir les caractéristiques voulues de vitesse, maniabilité, adhérence, etc…
Les 16 nouveaux circuits démontrent encore une fois toute l’ingéniosité de Nintendo Entertainment Analysis and Development, en proposant des courses possédant chacune leur petit monde persistant, parvenant même à créer un semblant de scénario dans l’évolution de la piste à chaque tour. Je tiens à faire une mention spéciale à la nouvelle route Arc-en-Ciel, qui vous fera passer Dark Souls 2 pour un jeu pour jeunes enfants.

 

Concernant la réalisation, Mario Kart 8 est tout simplement splendide. Les circuits colorés animés profitent d’une fluidité maximale en 60 ips, dans une haute définition qui permet enfin à la saga d’atteindre son apogée. Encore une fois, les circuits «Rétro» profitent d’un joli lifting qui chatouille l’œil et ravive la nostalgie. Et malgré des écrans dont la qualité ne rendait pas forcément hommage à la beauté du jeu lors de cette soirée, il ne fait aucun doute que ce Mario Kart sera très agréable à admirer sur nos TVs.

Vous l’aurez compris, ce Mario Kart 8 s’annonce comme étant le premier véritable «Killer app» de la Wii U, et on a qu’une seule hâte : pouvoir découvrir le jeu dans son intégralité avec notamment le mode arène, la possibilité de partager ses vidéos de gameplay sur le Miiverse et surtout les nouveaux modes en ligne, qui nous tiendront en haleine durant de très nombreuses heures. Le 30 Mai n’a jamais paru aussi loin.

Rédigé par @RobinLOLignac

[nggallery id=148]