ldlc-touc-c1POINTS POSITIFS :

  • Rapport qualité/prix
  • Moins cher que ses concurrentes
  • Nombre d’accessoires
  • L’écran à l’arrière

POINTS NÉGATIFS :

  • Autonomie de la batterie
  • Télécommande capricieuse
  • Cheap
  • Application Android

Un bon petit moment maintenant que LDLC m’a prêté sa caméra la LDLC Touch C1. J’ai donc pu réaliser quelques vidéos personnelles avec des amis sur un canoë notamment mais vous ne les retrouverez pas dans la vidéo ci-dessous.

Après les ordinateurs portables, LDLC se lance dans le marché de la caméra sportive afin de concurrencer directement la GoPro de Woodman Labs. Moins chère que la GoPro, cette petite caméra sportive s’avérera t-elle toutefois tout aussi bonne ?

PACKAGE

  • ldlc-touch-c1Caméra sportive LDLC Touch C1
  • 2 batteries 1050 mAh
  • Télécommande sans-fil
  • Un boitier étanche
  • Boucle à déclenchement rapide
  • 2 fixations universelles
  • Carte microSDHC 8Go
  • Fixation incurvée
  • Plaque de montage
  • Câble USB
  • Chargeur télécommande
  • 8 adhésifs 3M
  • Bras pivotant
  • Support de montage pour guidon
  • Fixation bandeau
  • Manuel

DESIGN ET CARACTÉRISTIQUES

Un package proche voir carrément copié de celui des GoPro oui mais voilà au moins il y a du contenu dedans ! Car c’est bien ce qui joue en la faveur d’LDLC, le produit est vendu avec un grand nombre d’accessoires. Woodman Labs, la société Californienne à l’origine de la GoPro vend ses accessoires en tant que complément et pas à petit prix …

Une fois déballée et si on passe à côté des accessoires plutôt de bonne qualité la caméra, elle, fait très cheap. La qualité des composants, les connectiques font très voire trop jouet pour enfant notamment le cache des connectiques ou celui de la batterie. De même, l’écran de démarrage est vraiment moche …

Le dos de la caméra est constituée d’un écran, l’avant, de la lentille qui permet de filmer et d’un socle permettant d’apposer la batterie de la caméra. Le dessous du port de fixation des accessoires, le dessus de quatre boutons, deux flèches, un bouton caméra, un bouton photo. La bordure droite comporte le bouton marche/arrêt, la bordure gauche le port mini-HDMi, USB et le microSDHC.

Et dedans ? Résolution vidéo de 1080p et 30 ips (30 images/seconde), 720p et 60 ips ou 960p et 48ips en grand angle à 175° (si 1080p), la résolution photo est elle de 20 mp, 14 mp ou 5 mp (mais c’est vraiment pas top, enfin c’est une caméra sportive hein …). Sinon quelques modes plutôt sympa comme le Rafale (pas utile, vraiment) 3, 5 ou 10 images par seconde sinon 10 photos en 2 secondes, le retardateur et le timelapse (qui s’avèrent déjà plus intéressants).

Les paramètres de la caméra sportive sont accessibles en restant appuyé sur les deux flèches du haut. Vous pouvez ainsi choisir la taille de la photo, vidéo, la qualité (basse, moyenne ou élevée), d’afficher la date et l’heure, le volume du microphone, la balance des blancs, l’exposition etc.

La télécommande est très capricieuse, à voir si le modèle que j’ai eu n’avait pas quelques soucis car un autre ami blogueur m’a confirmé n’avoir aucun soucis avec la sienne. Une télécommande simple, 3 boutons, marche/arrêt, vidéo et le bouton photo qui sert aussi à mettre en marche ou à arrêter la télécommande (en restant appuyé longuement dessus). Une led verte s’éclaire si la télécommande est en marche, rouge pour la prise de photo ou lorsque celle-ci recharge et bleu lorsque vous filmez.

L’application … non mais sérieusement LDLC ok elle est complète mais c’est quoi cette interface caca (Android) avec la bordure de tes tableaux, du texte basique sur un fond blanc ! Ok c’est pratique mais, c’est moche et pas du tout intuitif. Enfin heureusement l’application iOS est elle bien plus réussie. Sinon vous aurez accès aux mêmes paramètres que depuis votre LDLC Touch C1 dont un écran « live » pratique si votre caméra est perchée sur votre tête.

CONCLUSION

Bref si vous hésitez entre la GoPro White/Silver et la LDLC Touch C1, réfléchissez y à deux fois. D’un côté la marque et la qualité du produit de l’autre le fait d’acheter un produit et ses compléments à bon prix. LDLC se défend plutôt bien mais a encore du chemin à faire avant de battre sa plus grosse concurrente sur le marché des caméras sportives, la GoPro. Quelques défauts mineurs à régler, quelques améliorations, un nouveau modèle plus compétant et moins brouillon et c’est tout bon !

[nggallery id=106]