Les nazis sont de retour, 3 ans après la sortie de Wolfenstein The New Colossus, Blazkowicz mène une nouvelle fois la Résistance dans une nouvelle aventure qui s’annonce tout aussi sanglante. Invitée dans les bureaux de Bethesda, j’ai eu l’occasion de prendre en main Wolfenstein 2 The New Colossus à travers deux démos.

Éditeur / Développeur :Support(s) :Obtenir chez :

  

fnac_commander  amazon_commander

La première démo se déroule durant les quinze premières minutes du jeu, on y retrouve notre héros balafré, handicapé et pourtant directement balancé en plein combat. Exploration, conduite d’un fauteuil roulant, activation de pièges électriques et loot d’armes, armures et munitions sont au programme de ces premières minutes de jeu un peu WTF.

L’objectif est simple, tout dézinguer, à toute vitesse, en se hissant un chemin entre les plateformes, parfois roulantes qui peuvent faire glisser le héros directement face à l’ennemi. Ces premières minutes extrêmement jouissives finiront par aboutir sur l’obtention d’un corps plus apte à poursuivre l’aventure.

La seconde démo est plus complexe, il faudra switcher judicieusement d’une arme à l’autre afin de se hisser un chemin entre les simples soldats, les chiens (les ennemis les plus vicieux et rapides de la licence !), les soldats sur-équipés et sur-protégés ainsi que les espèces de chiens robotiques crachant des flammes. Cette fois, il s’agit d’une suite de gunfights endiablés où le joueur n’a pas le droit à l’erreur et où foncer tête baissée mènera irrémédiablement vers la mort.

Si le jeu s’offre un niveau de difficulté correct et un bestiaire qui semble assez chargé, il est aussi extrêmement beau. Les textures sont lissées, les jeux de couleur et de luminosité rendent plus réaliste les échanges de balles entre le joueur et les PNJ et renfoncent l’ambiance pesante de cet univers post-apocalyptique.