Il y a deux semaines, les développeurs indépendants Français de Ragequit Corp m’ont invité à venir tester le portage de leur jeu PC Strike Vector sur consoles, Strike Vector EX. Un shooter aérien disponible depuis début 2014 sur PC, qui sortira durant le 1er trimestre 2016 sur Xbox One et PlayStation 4. C’est donc sur PlayStation 4 que j’ai testé le jeu vidéo que les développeurs ont refait en partant de zéro.

Si le combat aérien à plusieurs vous passionne, les gros vaisseaux personnalisables, de l’armement à la structure, alors Strike Vector EX va très certainement attiser votre curiosité. Nul besoin d’être un pro de la gâchette ou un pilote chevronné pour prendre le contrôle d’un des dispositifs aériens. L’objectif est simple, mener son pilote vers la victoire en anéantissant les ennemis grâce à son armement et en utilisant les bonus disponibles pour améliorer l’efficacité de ses armes et pour réparer son vaisseau.

 

Le contrôle du vaisseau se limite au minimum, déplacements haut, bas, gauche, droite stationnaire ou à toute vitesse ainsi que le déplacement de côté pour éviter une attaque. Il est est aussi équipé d’une arme principale et d’un bonus à utiliser lorsque son niveau de charge est au maximum. Le tout parfaitement maniable à la manette, une prise en main qui demande toutefois quelques minutes de jeu pour une conduite agile. Notez la possibilité de switcher d’une vue à la première personne à une vue à la troisième personne pour une meilleure immersion ou pour avoir une meilleure visibilité sur l’environnement.

Une histoire, une trame principale avec des missions et des boss, 15 missions uniques entre survie, attaque, duel et destruction. La première est principalement là pour vous expliquer comment manier le vaisseau avant d’entrer véritablement dans des batailles épiques. Strike Vector EX possède aussi son mode multijoueur online ou offline (avec des bots). Le mode multijoueur repose sur un travail d’équipe où jusqu’à 16 joueurs s’affrontent sur plusieurs maps et divers modes de jeu inspirés des FPS traditionnels. C’est d’ailleurs dans ce mode que le joueur pourra vraiment apprécier le titre.

 

Les premières batailles peuvent s’avérer complexes et nécessitent au préalable d’avoir visité les premiers niveaux du jeu. Le niveau de l’IA est en effet déjà bien élevé. Il faut aussi tester les nombreuses armes disponibles afin de créer un arsenal qui conviendra parfaitement à vos habitudes de jeu.

Une personnalisation poussée pour une meilleure prise en main. Le joueur peut choisir, dans son garage, son arme principale et son atout secondaire à chaque fois selon une panoplie d’options. Ces choix permettent ainsi à chacun de réaliser ses propres combinaisons pour son vaisseau selon les maps, les ennemis et forcément aussi selon ses habitudes. Les joueurs peuvent aussi personnaliser l’aspect extérieur du vaisseau, couleurs, stickers et formes. Au total les développeurs promettent plus de 10 000 éléments de personnalisation.

Dès les premières minutes, Strike Vector EX m’a bluffé avec sa direction artistique. Les vaisseaux, les maps sont pensés de manière à ce que le pilote puisse se hisser entre poteaux et passerelles, ayant la possibilité de faire sauter certains éléments du jeu ou jouer avec le décor. Malheureusement il n’en est pas de même avec l’ensemble des éléments de navigation (menu) parfois très/trop bouillon comme dans le garage.

Les joueurs qui aiment le 100%, l’aspect collection peuvent aussi débloquer des cartes/badges en réalisant des actions spécifiques durant les combats. Un petit bonus qui débloquera de magnifiques artworks et des items de personnalisation.

Invitée à tester le jeu.

[gallery_bank type= »images » format= »thumbnail » title= »true » desc= »false » responsive= »true » display= »all » sort_by= »random » animation_effect= »bounce » album_title= »false » album_id= »236″]
Sponsornot