Depuis plusieurs mois déjà, j’ai la chance de jouer à la bêta fermée du jeu Overwatch sur PC. Blizzard peaufine petit à petit son dernier bébé à coup de nombreuses mises à jour pour équilibrer les personnages, ajouter du contenu, des maps et des nouveaux objectifs.

Il faudra attendre jusqu’au 24 mai avant de profiter de la version finale du jeu Overwatch sur Xbox One, PlayStation 4 et PC. Une bêta ouverte se tiendra du 5 au 9 mai pour les joueurs qui n’ont pas encore la chance d’accéder au titre.

Éditeur / Développeur :Support(s) :Obtenir chez :

blizzard

ico32_XONE ico32_PS4 ico32_PC

fnac_commander priceminster_commander amazon_commander

Si beaucoup de joueurs s’attendaient à ce qu’Overwatch adopte le modèle économique du Free To Play, Blizzard a étonné tout le monde à l’annonce d’un jeu payant avec mises à jour gratuites. Nombreux sont les râleurs qui ont tenu à se faire entendre et pour ma part, je ne partage pas du tout leur avis. Je préfère mettre 60€ dans un jeu en une fois que 10€ par ci, 10€ par là pour acheter des skins ou des objets me permettant d’être plus performante ou plus belle pour au final dépenser plus du double du prix du jeu.

Le contenu disponible sur console sera le même que sur PC. Dans cette démo, notre accès au jeu est limité au lancement direct de parties en local contre nos 6 adversaires assis face à nous. Les parties se jouent en équipe de 6 contre 6. Plus habituée à la version PC et pas vraiment fan des FPS sur console, j’ai eu quelques difficultés au départ à bien viser. Face à ma team qui semblait habituée à jouer à COD sur sa PlayStation 4, une équipe composée essentiellement de PCistes qui malheureusement pour eux n’ont pas fait long feu.

 

Alors forcément lorsqu’en fin de parties, les médailles et les cartes tombent c’est la débandade du côté adversaire qui commence, comme pour certains dans ma team, à découvrir à peine les personnages et les objectifs. Et non, il ne suffit pas forcément de tuer bêtement tout ce apparaît en rouge.

Les objectifs sont simples et bien signalés en début de partie. Pendant l’event, ces derniers restaient assez flous pour les joueurs qui n’avaient encore jamais mis la main sur Overwatch, propulsés directement dans la partie. Il y a actuellement 3 objectifs, dont un nouveau depuis la dernière grosse maj du jeu :

  • Convoi : Une équipe en défense qui doit empêcher que le convoi arrive jusqu’au point d’arrivée, une équipe en attaque qui doit faire en sorte que le convoi arrive jusqu’au point d’arrivée. Le temps est limité. Lors de la seconde manche, les deux équipes inversent de rôle, les attaquants passent en défense et les défenseurs en attaque.
  • Point de contrôle : Une équipe en défense qui doit empêcher les attaquants de prendre les deux points sur la map. La seconde équipe en attaque doit faire réussir à prendre le contrôle des deux points. Le temps est une fois de plus limité. La seconde manche voit s’inverser le rôle des deux équipes.
  • Contrôle de zone : Dans ce mode de jeux en 2 manches, les deux équipes doivent contrôler une même zone au plus vite. Le premier à 100% de contrôle de la zone remporte la partie.

Si sur console, le jeu est aussi plaisant à prendre en main que sur PC, l’équilibre entre les personnages n’est pas encore totalement au point. En effet, certains personnages sont bien plus faciles à manier que d’autres. Soldat 76, Bastion et tous ceux qui ont la gâchette rapide sont ainsi légèrement au dessus du lot.

Overwatch compte actuellement 21 personnages jouables dans 4 catégories que sont l’attaque, la défense, le soutien et le tank. Le mieux étant de se répartir les rôles et de créer une équipe équilibrée où les joueurs se soutiendront les uns et les autres.

 

Par exemple dans l’objectif convoi, en attaque, j’ai pour habitude de jouer le tank Reinhardt qui avec son gros bouclier permet de faire avancer le convoi tout en protégeant ses camarades qui peuvent ainsi attaquer les joueurs adversaires. En défense je vais privilégier Bastion qui arrive plus facilement à repousser ses adversaires et je peux même le planter sur le convoi pour le faire reculer et tirer en même temps si un tank se trouve devant moi pour m’assister. Les médailles en fin de partie tombent ainsi selon votre rôle et selon la catégorie du personnage choisi. Difficile de tout avoir en or lorsqu’on est un soutien ou certains personnages tank mais comme déjà énoncé, c’est un jeu d’équipe et il faut compter sur chacun des joueurs de sa team.

Depuis la maj et bien que non vu lors de l’event, Overwatch s’offre un système d’xp avec des niveaux. Chaque niveau passé permet de récupérer un coffre qui ouvert offre au joueur un butin constitué d’emotes, de skins, tags, répliques, célébrations et d’entrées en scène. Le tout se retrouve dans la galerie de héros où il ne reste plus qu’à les équiper.

Overwatch arrive sur la scène vidéo-ludique plus ou moins en même temps que Battleborn et le malheureux Gigantic (qui ne cesse d’être repoussé). Le jeu de tir à la première personne est propulsé par le premier éditeur mondial. Un sacré avantage pour le jeu vidéo qui est déjà apparent sur la scène eSport, contrairement à ces deux concurrents. Mais ce dernier n’offre pas le même contenu et on lui regrette déjà un mode histoire.

Notez aussi que Blizzard travaille sur la réalisation de courts métrages diffusés aléatoirement sur les réseaux sociaux. Ces derniers sont des petites pépites à voir absolument et ce même si vous ne pensez jamais toucher à Overwatch.

Invitée à tester le jeu.

[gallery_bank type= »images » format= »thumbnail » title= »true » desc= »false » responsive= »true » display= »all » sort_by= »random » animation_effect= »bounce » album_title= »false » album_id= »254″]

Sponsornot