La Paris Games Week ne manque pas de jeux mais, il est malheureusement souvent difficile de mettre la main sur les quelques exclusivités qui traînent dans le salon.

Trop de monde, trop d’attente et trop peu de consoles disponibles. Par chance et avec l’aide de PlayStation, j’ai pu me glisser devant une borne du jeu Horizon Zero Dawn et assister à une présentation de Detroit : Become Human.

horizon-zero-dawn

Horizon Zero Dawn

Éditeur / Développeur :Support(s) :Obtenir chez :

sony-computer-entertainmentguerilla

ico32_PS4

fnac_commander  amazon_commander

Cette preview d’Horizon Zero Dawn est axée sur la démo publique à laquelle j’ai pu jouer durant dix petites minutes à la Paris Games Week. Le joueur est lâché dans une zone délimitée de l’open world où il a la possibilité de chasser et monter des créatures mécaniques.

Quelques missions sont données au joueur afin de l’aider à découvrir les armes dont dispose notre héroïne, Aloy et une partie du bestiaire. Je n’ai malheureusement pas eu le temps de les finaliser dans l’ensemble, préférant parcourir le jeu et découvrir son contenu. Je ne sais malheureusement pas sur quel support tournait le jeu, PlayStation 4, Pro ou PC.

La première chose qui saute aux yeux, c’est forcément la direction artistique. Les textures sont propres et les animations réalistes. Comme l’herbe qui bouge au gré du vent et les déplacements des créatures, des animaux et de notre aventurière. Seul petit bémol, les quelques arbres et autres décors qui popent en fond. Ajoutons à cette dernière les bruitages électroniques et naturels qui se mélangent pour créer une ambiance sonore particulière et déstabilisante durant les premières secondes. La prise en main d’Aloy est assez complexe durant les quelques premières minutes de jeu. Elle s’explique par le grand nombre d’actions possibles, d’armes disponibles et de manière d’approcher les créatures mécanisées. C’est seulement vers la fin de la démo que j’ai réussi à maîtriser correctement la jeune héroïne et la quasi-totalité de son équipement.

Lorsque le joueur utilise la roue des armes, le temps ralentit afin de lui permettre de crafter des munitions et de choisir son arme. L’arsenal est notamment composé d’un arc qui permet de lancer des flèches enflammées, explosives et fantômes, d’un grappin pour piéger les animaux, de nombreux projectiles, grenades et autres pièges. Aloy possède aussi une lance pour les combats rapprochés.

Selon la créature et au choix du joueur, il est possible d’avoir une approche plus ou moins discrète ou brutale pour tuer ou apprivoiser l’animal. Certains auront tendance à vous fuir alors que d’autres n’hésiteront pas à charger pour se défendre, parfois même en troupeau. Les rochers en hauteur et les points d’eau m’ont, à plusieurs reprises, offert la possibilité de fuir mes assaillants.

Quelques bugs persistent encore dans cette version non-finalisée du jeu où des animaux ont tendance à rester figer dans les décors voir à ne pas pouvoir traverser certaines zones. Mais, Horizon Zero Dawn parait déjà bien prometteur.

detroit-become-human

Detroit : Become Human

Éditeur / Développeur :Support(s) :Obtenir chez :

Quantic-Dream

ico32_PS4

fnac_commander  amazon_commander

Contrairement à Horizon Zero Dawn, je n’ai malheureusement pas pu jouer à Detroit Become Human mais, j’ai pu assister à une présentation jouée du nouveau Quantic Dream dont la date de sortie n’est pas encore fixée.

Dans ce thriller, le joueur aura l’occasion d’incarner plusieurs personnages et cette fois Quantic Dream promet qu’il n’y aura pas de faux-choix. Il faudra désormais bien réfléchir avant d’appuyer sur un bouton sous peine de subir les conséquences de ses propos et de ses actes. Plus ambitieux que son prédécesseur, on sait déjà que le titre nous plongera dans la peau de Kara, une déviante et Conor, un chasseur de déviant.

L’homme a éduqué le robot, lui permettant d’obtenir un travail alors que le chômage explose. Ce choix a créé des divergences d’opinions et un climat de haine envers ceux qui ne sont que la représentation de l’homme avec quelques super-pouvoirs en bonus. De plus, des rumeurs font état de robots qui développeraient des émotions et qui suivraient ainsi leur propre chemin, à l’encontre de la programmation initiale. Des déviants, étiquetés comme dangereux pour l’humanité.

La démo nous permet de prendre le contrôle de Conor, le chasseur de déviants appelé sur une scène de crime et de prise d’otage. Un androïde s’est retourné contre sa famille prenant en otage la petite fille dont il avait la charge. Le joueur, à la manière de Batman et grâce aux yeux de Conor doit enquêter sur la scène du crime, découvrir des indices dans l’appartement et sur les corps. Comme un véritable jeu d’enquête il faut trouver les points importants sur la scène afin de compléter la jauge de reconstitution des faits. Après avoir reconstitué complètement les faits et avoir récupéré l’arme, le joueur entre dans une phase de négociation avec le preneur d’otage. Des QTE vous permettent de discuter avec l’androïde et d’interagir afin de faire augmenter ou réduire vos chances de réussir la mission. Plusieurs cheminements et donc plusieurs finalités sont possibles et j’ai pu de mon côté en observer 3 différentes durant la Paris Games Week.

Malheureusement il faudra attendre encore quelques temps avant d’en découvrir un peu plus sur le jeu. La démo ne révélant que peu de nouveautés par rapport au trailer diffusé quelques mois plus tôt, lors de l’E3. Amis joueurs qui ne supportent pas les titres à base de QTE et les films interactifs comme Beyond Two Souls ou Heavy Rain, passez votre chemin.

Sponsornot
  • Games&Geeks

    Deux qui font que l’on doit avoir une PS4