funforgeOn a joué à Warehouse 51, jeu de société édité par Funforge. On ? Oui parce que ça risque d’être compliqué de jouer toute seule à un jeu pour trois.

J’ai donc embarqué, à plusieurs reprises, quelques amis qui avaient un coup dans le nez dans une aventure bourgeoise à base d’œuvres d’art et de lingots cartonnés.

Obtenir chez :

funforge

warehouse-51

Dans Warehouse 51, mes amis et moi-même sommes devenus des milliardaires, des personnages extravagants à la recherche des plus belles œuvres qui se cachent aux quatre coins du monde. Des artefacts qui n’ont aucun effet ou qui ont des effets bénéfiques ou maudits. Forcément il y a aussi des faussaires et donc des copies de reliques qui n’ont aucune valeur.

Accessibilité : Warehouse 51 se joue de 3 à 5 joueurs. Une partie dure entre 30 minutes et 45 minutes. Le jeu est accessible aux plus jeunes dès le moment où ils savent lire et compter correctement.

La boite de jeu contient :

Warehouse-51 Warehouse-51-0

  • 26 cartes des reliques (4 catégories : rouge, jaune, verte et bleue)
  • 22 cartes faux
  • 5 plateaux représentant un personnage jouable
  • 6 jetons prêteur sur gage
  • 70 jetons lingots d’or

Les jetons lingots d’or représentent nos millions et chaque joueur à le droit en début de partie à 10 lingots et un plateau de jeu. Tout au long de la partie il va falloir enchérir sur les reliques jusqu’à ce que l’ensemble des reliques soient vendues, annonçant ainsi la fin de la partie. Une fois la partie finie, il faut faire le compte en prenant en compte que selon les catégories de reliques obtenues la valeur de la carte change et que les fausses reliques obtenues comptent pour zéro.

Oui mais, les artefacts ont des effets sur le jeu qui peuvent se faire sentir immédiatement, de manière permanente ou en fin de partie. De plus la monnaie est limitée est un prêteur sur gage peut servir à réapprovisionner les joueurs selon la limite des jetons disponibles.

 

Warehouse 51 manque cruellement d’originalité. Le jeu de société repose essentiellement sur le hasard, la part de réflexion et de stratégie ne sont malheureusement pas assez impactantes sur le résultat final. On se laisse bien trop souvent guider par les cartes des reliques, qui peu nombreuses et au vu du grand nombre de contrefaçons créaient une véritable loterie des scores en fin de partie.

De plus Warehouse 51 tourne en rond, manque de variété. Les gestes sont les mêmes, sans grosse surprise et on se risque même certains tours à ne pouvoir rien faire et à attendre trop sagement. C’est dommage car le concept de base pourrait s’avérer intéressant mais le jeu est bien trop déséquilibré.

[gallery_bank type= »images » format= »thumbnail » title= »true » desc= »false » responsive= »true » display= »all » sort_by= »random » animation_effect= »bounce » album_title= »false » album_id= »262″]

Sponsornot