Après avoir conquis les joueurs PlayStation 4, Xbox One et PC, The Flame in the Flood débarque dans le catalogue des jeux Nintendo Switch. C’était l’occasion rêvée de tester ce jeu vidéo indépendant développé par le studio The Molasses Flood qui signe son premier jeu vidéo.

Éditeur / Développeur :Support(s) :Obtenir chez :

 

   

  

Le studio compte dans ses rangs des anciens d’Irrational Games (Bioshock), Harmonix et même Bungie. Notons d’ailleurs que The Flame in The Flood est un jeu vidéo qui a été financé sur Kickstarter par plus de 7 400 contributeurs pour un total de 251 647$ là où le studio demandait 150 000$ au grand public.

Le joueur y incarne Scout, une jeune femme accompagnée de son chien Aestop qui voyage d’un bout à l’autre d’un fleuve et qui doit survivre face à la dangerosité de la nature sauvage. L’ensemble du jeu de survie et de gestion est généré de manière aléatoire (ou procédurale). L’objectif étant de trouver les secours (une antenne radio) avant de mourir de faim, de soif, dévorée par un loup, écrasée par un sanglier et j’en passe.

Au programme donc, des phases de récole et de crafting afin de récupérer les items qui permettront à Scout de réaliser des objets (pièges, feu, habits, filtres à eau, etc.) pour se défendre, se nourrir, attaquer, se soigner et vivre plus confortablement son périple. Les niveaux sont créés sous forme de petits îlots, chacun ayant ses atouts et ses faiblesses. Ainsi si un îlot peut apporter plus de vivre il peut aussi être occupé par un grand nombre de créatures sauvages. Dans tous les cas, ces îlots ne permettent pas de rester durablement sur place, les ressources y sont trop limitées et le joueur est obligé de se déplacer afin de survivre.

Là aussi si Scout dispose d’un inventaire limité, elle a la possibilité de laisser à Aestop quelques ressources mais globalement le nombre d’items en possession du joueur est très limité. Et lorsque notre duo prend la mer, c’est une embarcation de fortune qui les embarque d’un îlot à l’autre et au choix du joueur. Notons que durant la navigation il faut éviter de choquer des débris sous peine de couler et surtout tenter de récupérer des ressources disposées tout le long du chemin.

Le titre se veut poétique et assez sombre, j’ai particulièrement apprécié les choix fait en matière de direction artistique, mais The Flame in The Flood manque d’une grosse structure scénaristique et le joueur se sent peut être trop vite délaissé dans cet univers pittoresque. Je vous recommande d’ailleurs de débuter l’aventure au plus bas niveau afin de comprendre les nombreuses possibilités de craft et les mécaniques du jeu. Après quelques tentatives, il sera plus facile de gérer son inventaire, apprendre à crafter de quoi se défendre face aux bestioles qui au début sont très largement plus  puissantes que Scout et l’aventure vous paraîtra d’ailleurs bien trop tranquille.

CONCLUSION

Véritable jeu de survie, The Flame in the Flood souffre de quelques défauts qui n’entache en rien son gameplay. Si les premières tentatives peuvent s’avérer nébuleuses, après avoir bien compris les mécaniques de jeu et fait les bons choix d’artisanat, le plaisir de jeu s’installe. Malheureusement après quelques heures, le titre commence à tourner en rond et sur la fin, la plupart du temps Scout est surpuissante face aux ennemis et trop bien équipée pour mourrir.

  • The Flame in The Flood pour qui ? Les fans des jeux de survie et de jeux vidéo de gestion.

margxt_bon

Test du jeu effectué sur Nintendo Switch via une clé envoyée par l’éditeur.

L’avis des blogueurs et des pros :

  • Actugaming : « C’est assez souvent quand on n’attend pas un jeu en particulier, que l’on tombe amoureux de ce dernier en y jouant. »  lire le test
  • Graal : « The Flame in the Flood est un fabuleux jeu de survie. C’est le genre de jeu indépendant que je conseille à tous les joueurs qui veulent passer un bon moment devant leur ordinateur. » – lire le test
  • PSMag : « The Flame In The Flood est un excellent jeu de survie. Même s’il n’est pas parfait, il bénéficie de sérieux atouts. » 6,5/10 – lire le test

Quelques vidéos :