Retour une semaine en arrière où j’ai eu la chance d’assister dans un coin du 18ème arrondissement de Paris à la soirée de lancement et preview de DriveClub. DriveClub est un jeu de course, disponible en exclusivité PlayStation 4 à partir du 8 octobre 2014. DriveClub est signé Evolution Studios à l’origine déjà d’un grand nombre de jeux vidéo de course dont la licence MotorStorm ainsi qu’un bon nombre de jeux WRC sortis sur PlayStation 2.

A noter qu’une version toute spéciale du jeu sera disponible le même jour, gratuitement, pour les membres du PlayStation Plus. Cette édition spéciale comprend 11 circuits et 10 véhicules permettant de découvrir le jeu avant de l’acheter.

Sortie du métro, les invités, blogueurs, youtubers et surtout les journalistes sont guidés par des tags au sol, qu’il faut bien sûr suivre afin d’arriver au bon endroit. Super, moi qui n’arrive qu’à peine à m’orienter dans Paris !

C’est dans une petite ruelle pavée au bout de laquelle est garée une Alpha Roméo 4C Rouge immatriculée et estampillée DriveClub que, dans un appartement, des bornes pour jouer à DriveClub nous attendent ainsi qu’une présentation du jeu par Jamie Brayshaw, lead community manager chez Evolution Studios.

N’ayant pas pu assister à la première preview du jeu en date de l' »Appartement 4″ (soirée de présentation de la PlayStation 4), c’est la première fois que je vais prendre en main Driveclub. Pour découvrir DriveClub, les invités ont le choix entre jouer avec volant + pédalier ou directement avec les manettes. N’ayant plus l’habitude de jouer avec le volant et ceci ayant été pris d’assaut durant la soirée, j’ai préféré me limiter aux bornes. La plupart des supports ne contenaient que la démo du jeu, j’ai donc du me limiter à faire et re-faire les 3 circuits imposés.

La prise en main se fait assez rapidement, quelques circuits suffisent à réussir à bien manipuler son véhicule, il ne faut pas foncer bêtement mais jauger convenablement accélération et freinage afin d’éviter de percuter l’ensemble du décor qui délimite le parcours et bien sûr afin d’éviter de se manger les autres voitures. On reviendra sur ce détail dans mon futur article de test du jeu … Bien que la prise en main soit plutôt simple, l’IA est vraiment féroce et il va falloir se battre afin de parvenir à dépasser ses adversaires.

Les circuits sont assez beaux, l’environnement est différent d’un circuit à l’autre et l’ensemble des éléments sont apposés de manière à rendre plus réaliste la course. Votre conduite n’est en aucun cas victime des conditions climatiques, impossible par exemple de perdre le contrôle dans la neige, la conduite est de même sur n’importe quel terrain. Les quelques effets de lumière et les diverses traces et dégâts laissés sur le pare brise et sur la voiture ont tendance à ajouter du réalisme au jeu. A la fin de la course vous pouvez d’ailleurs admirer les rayures créés sur la voiture à force de se prendre les rambardes et autres décorations/véhicules.

Dommage, je n’ai pu toucher qu’à la démo lors de la soirée donc je veux éviter de vous parler de l’expérience de jeu qui s’en est trouvée limitée et attendre la fin de l’embargo pour vous parler du jeu complet, de son contenu final, des -clubs-, de la conduite, de ses points faibles comme de ses points forts. Rendez-vous dans une semaine pour lire mon avis complet 🙂

Merci à PlayStation et son équipe pour l’invitation et l’organisation de la soirée.

 [nggallery id=163]