Les gameurs n’ont généralement pas un regard très critique sur l’évolution du marché des jeux-vidéo ou les revenus records qui l’ont caractérisé au cours des dernières années. Ils ont tendance à s’intéresser aux nouvelles technologies vidéoludiques, aux nouvelles productions des studios de développement ou encore aux nouvelles fonctionnalités et modes de jeux qui leur sont proposés. Mais, l’analyse des grandes tendances permet de mettre le doigt sur certains changements de l’industrie qui commencent à se dessiner. Tout particulièrement dans l’univers des jeux massivement multijoueurs.

Le règne du jeu mobile

Depuis 2016 déjà, les jeux mobiles commençaient à s’imposer comme un des nouveaux piliers de l’industrie du jeux-vidéo. De plus en plus de titres développés pour smartphones et tablettes retiennent l’attention des gameurs de tous types. Ces jeux parviennent à tirer profit de la « simplicité » du mobile, de son accessibilité constante et de modes de jeu brefs pour garantir des degrés de fréquentation impressionnant.

À cela il faut ajouter le fait que les jeux mobiles sont généralement adaptés à tous les types d’audiences. La courbe d’apprentissage est généralement très courte, et ces jeux conviennent autant aux joueurs aguerris qu’aux joueurs amateurs, et même aux néophytes.

Une étude publiée par Newzoo estime que les jeux mobiles connaîtront une croissance de l’ordre de 19% par rapport aux sommes engrangés en 2016. Cela correspond à 46,1 milliards de dollars de chiffre d’affaires.

Même des géants du « jeu-vidéo classique » comme Nintendo qui n’avaient jamais manifesté de réel intérêt pour ces nouvelles plateformes se sont lancés dans la course. Et après le succès de Super Mario Run et de Fire Emblem Heroes, on s’attend bien à ce que le mastodonte nippon continue dans cette lancée.

Les sports électroniques et la réalité virtuelle

Si même le Comité Olympique s’y intéresse, c’est qu’il n’y a plus à douter de l’influence toujours grandissante de l’e-sport. À titre illustratif : Roland-Garros est un tournoi de tennis qui existe depuis presque 100 ans ! Créé en 1925, l’événement propose aujourd’hui une cagnotte de 36 millions d’euros (édition 2017). Dans le même temps, le tournoi international de Dota 2 proposait cette année une cagnotte de 21,3 millions d’euros. Cela représente 60% de la cagnotte de Roland-Garros pour un événement qui n’existe que depuis 2011.

Les jeux e-sport connaissent une croissance exponentielle. Et sans surprise, presque tous les studios de développement, petits comme grands tentent d’y mettre leurs empreintes. Et ce, quel que soit le type de jeux : stratégie, jeux de tir, jeux de type MOBA, de sport, de combat, etc. Même les gouvernements s’intéressent à la question en y apportant certains aspects réglementaires.

Les jeux électroniques sont donc sûrs de modeler les objectifs et les stratégies des studios de développement. Un bon exemple de ce phénomène est la transition progressive de jeux comme Clash Royale vers un modèle plus encourageant pour les joueurs professionnels.

Viennent ensuite les jeux de réalité virtuelle. Pour l’instant, on les perçoit encore comme des efforts plus ou moins convaincants, de mettre à profit une technologie très prometteuse. On n’a pas encore découvert de grande perle dans le catalogue vidéoludique des jeux en réalité virtuelle. Mais, on ne doute pas non plus que de tels jeux parviendront bientôt à s’imposer comme nouvelle norme de l’expérience vidéoludique.

Au-delà des questions de coût qu’un tel phénomène pose, il révèle bien la particularité de cette industrie toujours portée vers l’avenir. Ainsi, les analystes prévoient une croissance de 259% pour la réalité virtuelle et 26% pour l’e-sport.

Article sponsorisé.